A propos : je suis un "garçon" !

Préambule / il·légitime / ←┐

Queer, kitsch, kitsch'n'queer ?

La vie est courte, les expériences nombreuses à tenter.

"La pire des choses c'est l'inertie, ne rien faire, ne rien tenter..."

Éclipse de vie - Fabienne KISVEL

Je n'ai pas encore atteint l'âge de déraison, ma vie est toujours rythmée de passions, j'aime chercher à me rendre utile, soutenir des causes qui pourraient, à certains, sembler futiles ou inversement, se révéler, à d'autres, comme parfaitement incontournables, rien ne me laisse totalement imperméable.  

Photo d'illustration article post=538 illegitime.be. True united colors of "il·légitime Freed'HOM' Fashion"

Sportif de haut niveau à vingt ans, gérant de sociétés à quarante, je souhaiterais, aujourd'hui, à 62 ans, âge ou beaucoup entrevoient une tranquille retraite, pouvoir, encore un peu, (d)étonner, tout au moins, tant qu'il me sera donné de garder, ne serait-ce qu'une infime fraction de l'enthousiasme qui m'anime encore aujourd'hui. 

Il n'y a pas de sottes sensibilités, il n'y a que de faux préjugés.

Mon cross-dress code... ma liberté d'expression !

"La seule façon de découvrir les limites du possible, c’est de s’aventurer un peu au-delà, dans l’impossible."

Arthur C. Clarke

Quels que soient nos choix de vie, je conçois parfaitement qu'il est primordial d'exister  en parfaite symbiose et égalité avec tous les "genres" humains, mais de là, à se fondre dans la masse, tant qu'à s'y confondre indistinctement dans l'unique but de ne correspondre qu'aux normes imposées par le "qu'en dira-t-on"...

Á l'inverse, je ne réclame pas non plus un affichage "tapageur", ni des signes distinctifs de reconnaissance,  tout au plus, le simple droit de me vêtir au quotidien, naturellement en accord avec mes préférences.

Je suis pour l'équité des genres et contre une monotone et obligatoire conformité.  

À l’heure où les féministes luttent pour s'affranchir du patriarcat, où les communautés LGBT* ferraillent face à l’homophobie, et alors que je partage nombre de leurs engagements, je milite, au surplus, à mon modeste niveau, pour le droit, sans exclusion de genre, de penchant, de lieu, ou de circonstance, des hommes à la parure et au fard, à la liberté de pouvoir endosser, selon leurs propres goûts, envies ou besoins, sans grief, des vêtements & autres accessoires "typés" féminins en simple réciprocité de la prérogative, dont bénéficient déjà les "filles", de revêtir des tenues et atours masculins...

"Il y a beaucoup à débattre sur ce qui semble être notre deuxième peau...
Cette deuxième peau que nous endossons par convention ou pas, cette deuxième peau qui devrait sinon naturellement nous protéger, être aussi simplement notre expression."

Flo

Dans quel état j'erre ?

"Il y a une différence capitale entre "être" et "en être". Appartenir à l’un ou à l’autre groupe n’a aucune importance pourvu qu’on s’amuse."

Woody Allen 

De tant de choses l'une, ou je suis un Mignon, un dinosaure, une espèce disparue ou en voie d'éradication, peut-être le fruit incestueux d'une union improbable, un hippie, un hybride, un soixante-huitard nostalgique, de sa jeunesse, du "c'était mieux avant", ou encore, une espèce invasive en marche de coloniser, sans autorisation, des contrées qu'on aurait préféré lui voir interdites...

Photo d'illustration article post=538 illegitime.be. En passant par le niveau de gris, du bleu au rose, 50 nuances de tonalité.

Je suis, sans aucun doute, un peu de tout cela et sans conteste de nombreuses autres choses à la fois...

Je crois, bien plus simplement, que je ne suis qu'un homme qui, comme tout un chacun, souvent rêve de rêves mythiques et les miens sont essentiellement teintés de liberté.

Sur cette terre que nous n'arrêtons pas de saccager, la nature trouve toujours un chemin alternatif, tout comme la mode, elle rebâtit souvent différemment ce qui a existé auparavant.

Pour vivre heureux, ne vivons pas trop Kasher...

"Les hommes dont la nature ne contient plus rien de féminin ne sont pas tout à fait humains."

Jean-Helge Krog

"Les gens sans imagination ont besoin que les autres mènent une vie régulière."

Boris Vian

Je n'ai rien contre les dogmes, les habitudes, les croyances d'autrui, hormis l'intégrisme, mais, sans me réclamer anarchiste, je refuse de marcher comme les boeufs, j'entends vivre, en conciliante bienséance, selon mes propres critères, sans la moindre intention de nuire délibérément à quiconque.

Pourtant, de nos jours, certaines et surtout certains, s'offusquent encore des légitimes émancipations que je souhaite pouvoir m'octroyer.

"Bénis soient les gens bizarres :
poètes, marginaux, écrivains mystiques, peintres, troubadours car ils nous apprennent à voir le monde avec des yeux différents."

Jacob Nordby

Je me veux libre d'aller et de venir, habillé comme je le souhaite, sans être jaugé, jugé, nargué, quels que soient mes choix, même si ceux-ci défient les traditions communément admises, ces normes exclusives, par ailleurs, bien trop homogènes à mon éclectisme.

Je ne suis pas du genre "facile"...

Intellectuellement, je me sens en accord avec mes  chromosomes X et Y, mon pénis me sied, je ne rêve pas de posséder une plantureuse poitrine.

Mes attitudes, mes revendications ne sont, d'aucune manière, dictées par une recherche, une orientation, un besoin d'ordre sexuel ou affectif.

Je ne m'identifie pas en tant que "transsexuel", je ne suis pas en période de transition, en devenir non plus, je ne désire aucunement modifier mon physique, mon état et mon genre actuel me conviennent parfaitement.

Photo d'illustration article post=538 illegitime.be. Entre chien et loup, et pas qu'à la mi-août, en souris ou en matou, une simple histoire de goût.

Il est pourtant indéniable, que je porte volontiers des vêtements féminins, mais les formes et les raisons de pratiquer, ce que d'aucuns qualifient de "travestissement" sont nombreuses et je ne me reconnais pas dans toutes. 

Ainsi, je n'ai pas le sentiment d'essayer de me faire passer pour une femme, drag queen ne me convient pas plus, même si, il est établi que, j'adore leur côté artiste, meneuse de revue.

Je ne me considère pas "travesti", je ne me transforme pas, je m’habille selon les besoins ou selon mes envies. 

"Les passions sobres font les hommes communs."

Denis Diderot

Émois & moi !

Je sors "féminisée" en lieux publics, mais, je ne dissimule jamais  ma réelle  identité, je ne cherche ni à heurter ni à renverser les ordres établis.

Je ne porte pas de prothèses proéminentes en latex, je ne nie pas un  côté "fétichiste", mais il n'est pas lié aux vêtements en tant que tels.

Je ne souffre pas d'une quelconque obsession sexuelle, mon comportement vestimentaire n'est pas nécessairement lié à la chambre à coucher ou aux escaliers qui y mènent.

Enfin, a contrario de  la majorité des garçons hétérosexuels qui, pulsés par leurs fantasmes, ne se "transforme" que derrière leurs volets clos, j'oscille entre "queer", "pansexuel" et "agenre", mais, je préfère "open-minded", je suis surtout un sapiosexuel (!), ni anxieux, ni obsédé de, ou par, ma condition.

Sapiosexualité :

Définition :

La sapiosexualité est un néologisme qui désigne une préférence sexuelle pour l'intelligence ; les sapiosexuels sont attirés par l'intelligence, qui les excite. Selon la sexologue Chantal Bachelet-Pruneau, l’intellect peut être tout aussi érotique que le physique.

Caractéristiques :

L'apparence physique, l’âge, le genre ou le statut social de la personne appréciée peuvent ne pas avoir d’impact ; par ailleurs beaucoup de sapiosexuels refusent de s’identifier à une orientation sexuelle quelconque. Selon Félix Dusseau, l’émergence de nouvelles identités sexuelles comme par exemple, les sapiosexuels, peuvent être perçues comme des alternatives intéressantes pour remettre en cause les conceptions monogamocentrées. Les sapiosexuels peuvent utiliser la conversation en tant que jeu sexuel. (Source : Wikipédia)

Photo d'illustration article post=538 illegitime.be. Pour lui, pour elle, trench-coat intemporel.

Si  je bricole, je porte une salopette, je fais du  sport, je porte un jogging, en promenade, des baskets, en rue, au vu de la météo, au restaurant ou en boîte, au gré de mes envies ou parfois je l'avoue, encore trop souvent, conformément  aux préférences des personnes qui m’accompagnent... je sais, c'est moche !

En vérité, entrer dans telle ou telle case ne m'a jamais réellement taraudé l'esprit, je suis tout simplement, ce que je suis, ni plus ni moins, rien qui ne m'ait empêché de rencontrer la perle rare, une femme extraordinaire, une véritable artiste, belle, séduisante, lucide et très sensée dont je suis éperdument amoureux.

Elle me le rend bien et, cerise sur le gâteau, elle dissipe toujours sereinement toutes mes inquiétudes, mes interrogations et apaise mes doutes.

Je mesure d’autant mieux les frustrations qu'éprouvent celles et ceux qui se doivent de rester dans l'ombre pour des raisons d'aspect de vie publique, de discrétion envers des proches, de crainte du "j'ai ouï-dire que" et, peut-être encore, d'autres incongrues considérations.

Je souhaiterais que ceux  qui, comme moi, en ressentent le besoin, puissent, comme ils l’entendent, se permettre d’égayer un contexte ambiant s’avérant, à mes yeux, davantage encore durant cette période "Covid", toujours plus morne, trop ombré de noir, bordé de gris, voire au mieux, de blue denim même courtoisement délavé.

Par trop embraser, le mâle s'éteint...

Afin de ne pas, autrement, tirer la couverture à moi, le but avéré du projet "il·légitime Freed'HOM' Fashion" n'étant pas celui-ci, je te laisse le soin de parcourir les autres rubriques qui émaillent les pages Web du présent concept.

Sois perspicace et tu glaneras, aisément, de-ci de-là, j'en suis certain, quelques autres particularités de "ma bien (pas si) étrange personnalité".

Suivant tes questions ou commentaires, je pourrais, éventuellement prolonger à la section "blog".

  • Á voir ici : Actus (il·légitime : un blog(ue) à part(ager))

"Chez vous comme chez moi se côtoient un petit lâche et un petit héros, c’est selon, parfois on réussit à être un homme de bien et on est content, on se regarde dans la glace avec plaisir et parfois on se dit, c’est approximatif tout cela, je n’ai pas été bien brillant, j’aurais dû dire ça, je ne l’ai pas dit, ça aurait été bien que je parle de cela et je ne l’ai pas fait…"

Jean-Pierre Bacri

Je t'invite, bien amicalement, à la consulter.

Ladite catégorie sera mise à jour, au fur et à mesure du développement du site et du projet qui s'y illustre.

Bien à toi.